Les Enfants d'Yggdrasill forum

Discussions sur un point de mythologie » Ergi

Ulf

Apprenti

rank_4.png

Groupe: Membre

Inscrit le: 16/08/2016

Messages: 323

Le 16/08/2017 à 22h16
Bonjour,

Je lisais hier un papier de Gardela, 2009, ou il traite de la tombe des "sorciers de Gerdrup", découverte en 1981, et je trouvais intéressant l'idée abordée par l'auteur et d'autres chercheurs au sujet de l'ergi, qui fait également écho à certaines pratiques chamaniques (se couvrir/protéger les orifices/les yeux) d'autres régions (circumpolaire, mongole...autres?).

Voici l'extrait concerné:

Another ambiguous feature of the grave is that both the man and the woman seem to be “covering” their genitals. Furthermore, the poses in which they were interred appear to mirror each other: the man has his right hand placed on his right lap and the woman has her left hand placed on the pelvic girdle. The left hand of the man is under his pelvic girdle and the woman’s right hand is under her pelvic girdle as well.

In this context we might recall the account of Ibn Fadl"n who had a unique opportunity to observe a funeral of a Rus chieftain by the river Volga in the year 922. In his elaborate descriptionof the burial ceremony he mentioned how the closest relative of the deceased – while being completely naked – approached the funeral pyre walking backwards and covering his anus (6). It is quite possible that the covering of the anus was done to avoid the penetration by spirits (7).

Eldar Heide (2006b: 355–356) recently suggested that perhaps the reason why seiðr was seen as a perverse practice resulted from the fact that the practitioner was believed to become possessed and penetrated by spirits during the ceremony. Due to this act of metaphorical penetration a male seiðr-worker was immediately ascribed a feminine role. Furthermore, as Heide argues (2006: 356), while some spirits entered the body through the respiratory passages others – the more hostile ones – perhaps did so through the backside. We cannot be sure why the two individuals from Gerdrup had their hands placed under the pelvic girdle but perhaps this had something to do with the notions sketched above. In this context we may also recall the finds of Migration Period golden bracteates, such as the one from Allesø in Denmark, where a man is covering his genitals with his right hand (Duczko 2002: 176).

Christensen argued that it is likely that the deceased woman was considered as a sorceress and that the peculiar deposition of her body within the grave might reflect the acts of stoning that we know from the written accounts (1981: 27–28).I agree with Christensen but I am convinced that the spear placed by her right leg was in fact a special kind of staff of sorcery (Gardela 2008b: 59–60; 2009b: 209). We know from the Old Norse written accounts that staffs often “transformed” into spears (Garde a 2008b: 59) and that the spear Gungnir was an important attribute of the god Óðinn – an undoubted master of seiðr.


6) As we read in the account of Ibn Fadl"n (translation after Montgomery 2000: 20) : „Then the deceased’s next of kin approached and took hold of a piece of wood and set fire to it. He walked backwards, with the back of his neck to the ship, his face to the people, with the lighted piece of wood in one hand and the other hand on his anus, being completely naked”.
7) On this notion see for example: Price 2002: 360–361; Duczko 2004: 151–152; Heide 2006c: 168.


Qu'en pensez-vous? Ce n'est peut-être rien de neuf, mais j'avoue que jusqu'à présent j'associais personnellement plus l'ergi à un état consécutif à la pratique du seidr plutôt qu'à un élément qui pourrait être participatif ou constitutif de la pratique du seidr, ou du moins de certains aspects de sa pratique.
Je ne sais pas si cela à été creusé plus avant (je n'ai pas encore pu lire les travaux donnés en références) mais c'est un axe qui ne me paraît pas inintéressant.

Peut-être aussi que c'est une évidence pour vous et que c'est juste moi qui ai été "bête" jusqu'à maintenant :D

J'espère que vous trouverez cela intéressant vous aussi(et sinon désolé, notamment si ce sont des idées déjà connues et discutées sur le site de l'association.) =)

P.S. Si quelqu'un ne parlant pas anglais est intéressé par le sujet, je pourrais faire un petit résumé du passage cité.



Edité par Ulf Le 16/08/2017 à 22h49
   

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Adhérent
Bureau
Clan Occitanie

Inscrit le: 09/06/2014

Messages: 1160

Le 17/08/2017 à 10h31
Quand un draugr (mort-vivant) se montrait trop agressif, il est arrivé qu'on lui coupe la tête et qu'on la place entre ses cuisses comme pour boucher son anus pour qu'il reste un vrai mort. Je pense que dans le cas dont parle Gardela, la main des morts était placée de sorte que les morts ne deviennent pas des draugar. Qu'ils aient été "stoned to death" est tout à fait possible.
Le ergi du magicien est très bien décrit en peu de mots par Snorri dans Ynglinga saga.

Le mot ergi est tellement polysémique que le comprendre uniquement comme sodomisé ou humilié etc. ne peut se justifier qu'en fonction du contexte.

Ceci étant je ne connaissais pas cet article qu'on trouve sur academia.edu, merci de l'avoir signalé. *206


heidhinn
   
Ulf

Apprenti

rank_4.png

Groupe: Membre

Inscrit le: 16/08/2016

Messages: 323

Le 17/08/2017 à 12h41
hund heidhinn:
Quand un draugr (mort-vivant) se montrait trop agressif, il est arrivé qu'on lui coupe la tête et qu'on la place entre ses cuisses comme pour boucher son anus pour qu'il reste un vrai mort. Je pense que dans le cas dont parle Gardela, la main des morts était placée de sorte que les morts ne deviennent pas des draugar. Qu'ils aient été "stoned to death" est tout à fait possible.


Oui tout à fait, ainsi que d'autres pratiques que j'ai pu voir dans les travaux de Gardela que j'avai signalé dans un autre post (mâchoire arrachée, membres liés, lourdes pierres posée sur le corps, etc). C'est son "dada", ainsi que les "baguettes magiques" (il a publié un livre rien que sur ça dans la collection édité par Simek). Je m'égare... Je crois qu'on a aussi trouvé des têtes tranchées posées sur les cuisses ou à côtés, et même juste à côté des épaules il me semble. Il y a bien sûr toujours la possibilité d'un déplacement post-mortem, lors de l'enfouissement ou lors d'une réouverture postérieure des tombes, etc... J'ai plus tous les détails en tête. Mais c'est un sujet assez intéressant.
EDIT: Il est également intéressant de noter que certaines de ses pratiques se retrouvent dans d'autres temps et civilisations, toujours en lien avec de "sorcellerie", allant des tombes de "vampires" dans les pays slaves/baltes du moyen âge chrétien à certaines tombes de chamanes en sibérie, etc...

Citation:
Le ergi du magicien est très bien décrit en peu de mots par Snorri dans Ynglinga saga.


Ah il faudra que je regarde ça, je ne m'en souviens pas...tu aurais la référence du passage stp (chapitre ou strophe) ?

Citation:
Le mot ergi est tellement polysémique que le comprendre uniquement comme sodomisé ou humilié etc. ne peut se justifier qu'en fonction du contexte.


Oui c'est également ce que je me suis toujours dis "d'instinct".

Citation:
Ceci étant je ne connaissais pas cet article qu'on trouve sur academia.edu, merci de l'avoir signalé. *206


Je t'en prie =) Oui je n'ai pas pensé à mettre l'article complet en référence car il traite globalement d'autre chose, mais tu fais bien de le signaler : Gardela, 2009, "The Good, the bad and the undead, new thoughts on the ambivalence of old norse sorcery".



Edité par Ulf Le 17/08/2017 à 12h45
   
Ulf

Apprenti

rank_4.png

Groupe: Membre

Inscrit le: 16/08/2016

Messages: 323

Le 07/12/2017 à 01h21
Etant entrain de lire la monographie de Dillmann "Les magiciens dans l'Islande ancienne", il y a tout un passage ou il traite de l'ergi (p.440-456) dont de nombreux points sont plutôt en opposition avec les précédents (pour lui l'ergi dans le cadre magique ne se définit pas par "perversion" mais plutôt par "efféminé", n'est même pas vraiment présent dans les descriptions faites des magiciens hommes dans les sagas islandaises, il n'est pas "constitutif" du seidr,etc...) et ses argumentations semblent plutôt convaincantes (bien que je n'ai pas les connaissances nécessaires concernant ses traductions et arguments linguistiques, je me repose là uniquement sur sa "bonne réputation" dans ce domaine ^^).

Il faudra que je relise tout ça et que j'essaye d'en faire une synthèse. J'imagine cependant que certains d'entre vous ont déjà du lire le dit passage, alors si vous avez des avis, opinions, compléments, etc... ce sera avec plaisir =)



Edité par Ulf Le 07/12/2017 à 01h23
   
Répondre
Vous n'êtes pas autorisé à écrire dans cette catégorie
1 Utilisateur en ligne : 0 Administrateur, 0 Modérateur, 0 Membre et 1 Visiteur
Utilisateur en ligne : Aucun membre connecté